FORCE DE VENTE EXTERNALISEE

Pour Eric Mertz, les soldes ne servent plus à rien, il faut les arrêter

Eric Mertz, président de la Fédération nationale de l’habillement (FNH), représente la voix de petits commerçants indépendants qui, tous ensemble, pèsent à hauteur de 20% du marché du textile en France. 

La semaine avant les soldes, soit du 2 au 8 janvier 2019, marquée par des opérations de ventes privées ? « Une fréquentation stable chez nos adhérents, mais un chiffre d’affaires en recul de 4,1% en moyenne », pointe Eric Mertz, président de la Fédération nationale de l’habillement (FNH). Les quatre premiers jours des soldes ? « Une fréquentation en recul de quasi 10% pour un chiffre en diminution de 7,8% ». Les quinze premiers jours, soit du 9 au 23 janvier ? Un bilan plus mauvais encore : « La fréquentation s’affiche à -10,5% et les ventes à 9,5% ».

La fast-fashion, Un séisme aux multiples répliques:

Mouvement des Gilets jaunes, météo pas optimale, anticipation du choc psychologique du prélèvement à la source… Les facteurs conjoncturels ne manquent pas mais, pour expliquer ces chiffres désastreux, Eric Mertz avance plutôt des arguments structurels. « Cette année 2019 s’annonce comme celle de tous les dangers.

Soit nous nous enfonçons dans une crise encore plus mortifère, soit nous réagissons pour tenter d’en sortir. La crise du textile n’a pas dix ans, mais au moins vingt, sinon trente. L’introduction de la fast-fashion est venue comme un séisme, bousculant tous les repères de consommation, et nous en subissons répliques sur répliques depuis », analyse-t-il.

Une année de tous les dangers !

Ces réactions en chaîne, portées par les nombreux errements stratégiques des enseignes, ont contribué à perdre le consommateur. Le perdre doublement, d’ailleurs. Psychologiquement, d’abord : quel est le prix juste ? Quelle est la valeur perçue d’un article de mode aujourd’hui ? Et puis physiquement, ensuite : ce client, qui a perdu confiance, vient nettement moins en magasins… Un cercle vicieux dont il convient urgemment de sortir. « Nous avons perdu plus de 10.000 emplois au sein de notre filière, entre 2012 et 2015. Cela allait un peu mieux depuis, mais les chutes de fréquentation et de chiffre d’affaires que l’on connaît depuis la fin d’année viennent fragiliser bon nombre de commerçants.

L’enjeu ? Remettre le marché à l’endroit

Que chacun affirme sa stratégie propre. Et vous, quelle est la votre ?

Si vous pensez que vos commerciaux doivent se consacrer à la vente, si ils passent trop de temps dans des actions chronophages, déléguez toutes ses tâches à faible ROI à un expert de la Force de Vente Externalisée.

artem-bali-663765-unsplash.jpg
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now